Santé

Le paquet de cigarettes le plus vendu en France va passer à 10 euros dès le 1er mars

À compter du 1er mars, le prix du paquet de Malboro va passer la barre symbolique des dix euros. Une hausse significative de soixante-dix centimes qui devrait à n’en pas douter avoir des conséquences directes dans bien des domaines, notamment sur la consommation du tabac.

Si vous souhaitez arrêter de fumer, c’est peut-être le bon moment. Depuis son arrivée en 2017, le gouvernement de Macron n’a eu de cesse de faire augmenter année après année le prix du tabac mettant un terme à quatre années de stabilité des prix. Aujourd’hui encore, près d’un quart des Français (24%) fument quotidiennement. C’est pourquoi le gouvernement français espère avec ces mesures faire diminuer de manière significative la consommation du tabac en France. 

Ces taxes progressives n’ont pas tardé à avoir un impact direct sur la consommation des Francais. Pour preuve, les ventes ont chuté de 9,32% en 2018 et de 7,2% en 2019. Interrogé par LCI, Gérard Audureau, président de l’Association Droits des non-fumeurs et vice-président d’Alliance contre le tabac, estime que « c’est de très loin la mesure la plus efficace pour réduire le tabagisme ». C’est pourquoi, « quand le prix augmente de 10%, la consommation diminue de 4% dans les pays à revenu élevé ». Des résultats validés selon une étude menée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Banque Mondiale.

Le tabac, première cause de mortalité évitable en France

Au-delà de cette inflation, si l’on regarde du côté des anti-tabacs, on estime que la politique gouvernementale a grandement motivé un nombre de personnes à arrêter la cigarette. Des opérations comme le #MoisSansTabac, qui se tient en novembre depuis trois ans, l’instauration du paquet neutre en 2017 ou encore le remboursement des substituts nicotiniques, ont fortement contribué à cette diminution significative, notamment auprès des jeunes fumeurs. 

Cette « génération d’adultes sans tabac » promis par le gouvernement en 2032 apparaît certes comme utopique, pourtant depuis 2016 1,6 million de personnes ont arrêté de fumer, selon les autorités sanitaires. Une source de motivation qui doit se poursuivre car il faut le rappeler, mais en France, le tabac est la première cause de mortalité évitable tuant près de 75.000 personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer